Emmener son chien pour la première fois en vacances

A1.jpgA2_0.jpg

 

Il y a quelques jours j’ai discuté avec Floriane, l’heureuse gagnante de la semaine de vacances en camping du jeu concours organisé avec Flowercampings sur notre page Facebook. Il s’avère que Mojo et Floriane n’étaient encore jamais partis en vacances ensemble. Ça m’a donné envie de leur plein de questions pour savoir comment ils avaient préparé leurs vacances et comment ça s’était passé. 
Je me souviens la première fois que je suis partie en vacances avec Musher, je me suis posée des tas de questions sur le matériel à prendre, le comportement à adopter pour que ça se passe bien pour Musher… J’espère que cet article vous permettra de trouver vos réponses!

Effectivement, nous n’avions jusqu’à présent pas encore eut la chance de partager des vacances ensemble avec un chien. Lors de sa première année de vie, Mojo était ce qu’on appelle un petit chiot très très sensible avec un passif compliqué (ex trauma chiot). Il appréhendait les rencontres humaines et canines et nous avons dû faire un gros travail sur sa prise de confiance et notre lien avant de pouvoir doucement reprendre les bases et lui permettre de faire des découvertes sans frayeurs. Ainsi, après une année de petites victoires et de grandes améliorations, ces vacances chien compris tombaient à point nommé pour nous permettre de tous nous mettre à l’épreuve!

Premièrement, j’ai réalisé une liste de vacances, cela semble superflu mais c’est un excellent moyen de vérifier si l’on a rien oublié au retour (la petite balle préférée du poilu qui a traînée aux quatre coins du camping par exemple !).

J’ai commencé par les basiques (gamelles, croquettes, jouets, couverture, friandises) et consulté le guide des vacances Wouafement Bien que Sophie avait mis en ligne cet été pour la peaufiner (heureusement, on aurait oublié le kit de soin!).

En fonction des activités possible avec un chien, j’ai ajouté le matériel adéquat : gilet de sauvetage (premières baignades !), laisse et harnais de trait pour la randonnée et le cani-cross, serviettes de toilettes pour se sécher.

Pour pousser le vice, j’ai essayé de penser à tout ce qui pouvait nous arriver. Ce n’est pas très rassurant d’imaginer le pire, mais il vaut mieux prévenir que guérir, surtout quand on s’éloigne de la maison ! Ainsi, laisse de rechange, carnet de santé et second harnais, petite médaille détachable avec nos coordonnées sont venues s’ajouter à la valise de Mojo. J’ai également pris en photo dans mon téléphone le numéro de puce et les coordonnées du vétérinaire de Souillac.

S’il y a bien une chose qui ne fait pas peur à Mojo, c’est la voiture ! Il adore !

Cela vient sans doute du fait que le jour même de son adoption, nous avons fait 8h de route en voiture avec lui en lui massant les pattes dans son coussin pour qu’il daigne enfin faire un petit somme de chiot malgré sa frayeur. Il n’a pas perdu cette habitude et depuis, je l’emmène dans mes trajets quotidiens pour lui faire faire des "petits tours" : 

on va voir la famille, mettre de l’essence, chercher une course. Mais attention, il ne reste jamais seul dans mon véhicule et avant de remonter, il y a toujours un petit pipi rituel à faire !

Pour un départ en vacances en voiture avec un chien, il y a plus de route donc je prévois toujours de lui donner un belle ration de croquettes le soir mais très très peu le matin ou très tôt avant de prendre la route, car si c’est rare, il peut arriver à certains chiens de vomir en voiture surtout si nous empruntons des routes en zigzag (celles qui peuvent nous aussi nous rendre malades).

Mojo voyage à l’arrière : comme il a peur de l’enfermement, nous avons opté pour un harnais raccordé à une laisse mousqueton qui le maintient à l’arrière du véhicule et l’empêche de venir à l’avant. Cela lui permet aussi de se tenir debout sur la banquette arrière (il adore faire le copilote toute langue dehors en passant sa tête entre les nôtres et cela nous fait bien rire).

Nous faisons des pauses dès que je le sens un peu plus remuant pour qu’il aille se dégourdir les pattes et s’hydrater.

Nous sommes arrivés en fin de journée au camping, l’accueil était donc restreint mais on nous attendait comme promis. On m’a demandé mes papiers d’identité mais pas ceux de Mojo (ayant eut la personne de l’accueil au téléphone la veille, elle savait que nous avions un chien et qu’il s’agissait du petit Mojo qui avait gagné le concours, donc elle n’a pas insisté je pense). Nous avions néanmoins prévu passeport avec vaccins à jours. il faut donc penser à toujours avoir ses papiers.

Mojo est de nature à la fois peureuse mais… très curieuse. Je l’ai donc laissé découvrir l'intégralité du logement, toutes portes ouvertes sans donner l’air de me soucier de lui, pendant que j’installais nos affaires, tout en en l’observant discrètement puis je lui ai installé son « coin dodo » en y ajoutant un vêtement à moi et quelques friandises cachées dès que la première nuit fut venue. Il a très vite pris ses marques et sortait et rentrait du Lodge pour guetter sur la terrasse en hauteur. 

Ce qui lui a valut le petit surnom de « loulou le gardien » par nos voisins d’emplacement.

Je m’attendais à ce que l’adaptation pour un chien dans un mobilhome soit plus difficile et appréhendais quelques pleurs, mais il n’en fut rien du tout ! Tant que nous étions là, il était tout à fait à l’aise et cela m’a vraiment fait un bien fou de voir qu’il avait une telle capacité d’adaptation malgré ses débuts difficiles.

Nous avons vécu une expérience incroyable!  Nous avons eu la chance de visiter le Rocher des Aigles où les chiens sont admis. Nous étions en fin de saison et donc très peu nombreux, ce qui nous a permis de promener Mojo dans des conditions optimales.

Les premières minutes furent horribles, Mojo avait vraiment peur des « cris » des oiseaux tropicaux et des chouettes. Il voulait se terrer derrière moi et je ressentais sa peur à tel point que j’hésitais vraiment à faire demi-tour. Il était hors de question pour moi de lui imposer une expérience traumatisante… J’ai donc décidé de nous isoler quelques minutes dans le parc où les chiens sont acceptés, de m’asseoir avec lui et quelques friandises au milieu et de regarder ensemble les aigles (en semi-liberté). Une chose incroyable s’est produite : Mojo qui jusqu’à présent était dans l’angoisse s’est détendu petit à petit sous mes gargouilles pour laisser place à un chien totalement serein.Il s’est calqué sur moi, mon ressenti qui ne véhiculait pas le danger. Il a même été renifler un des hiboux dans sa cage (qui lui, en aurait bien fait son quatre-heures de ce truc poilu qui remue la queue).

J’ai poursuivi l’expérience et nous avons assisté au spectacle des vautours et perroquets en liberté, puis des volatiles nocturnes. Mojo fut un spectateur modèle, assis à nos pieds, à regarder le spectacle avec beaucoup d’attention. Une des soigneuses m’a demandé s’il était possible de cacher ou de camoufler Mojo car une des petites chouettes faisait sa première sortie et semblait impressionnée. Ni une ni deux, Mojo a accepté de s’enrouler dans mon écharpe et est resté ainsi en momie jusqu’à la fin du spectacle, ce qui a fait beaucoup rire les visiteurs présents.

En bref, mon chien m’a impressionné. Je suis tellement fière quand je pense à la petite boule de poils traumatisée qui n’osait même se rapprocher de nous ou se faire caresser lors de ses premiers mois à la maison.

Oui beaucoup de rencontres canines bien sûr (dont une que nous avions organisés des semaines à l’avance avec sa « nièce » Mina et ses supers maîtres). Elles se sont toutes relativement bien passées et j’ai pu l’observer et apprécier l’amélioration dans la socialisation avec ses congénères. Il était tellement dans une expérience positive depuis le début de ces premières vacances avec un chien, qu’il a finit par faire la fête à chaque toutou

qui passait du haut de sa terrasse, lui qui est d’habitude plutôt gardien. Ah et… Mojo s’est pris d’amour pour un chat que ses maîtres avaient amenés au camping, le soucis c’est qu’il était le seul amoureux.

Oui j’ai une très belle image qui me reste en tête lors d’un jogging un matin tous les deux le long de la Dordogne. Nous nous sommes engagés dans un sentier de forêt qui longe le camping et tout au bout, 5 ou 6 hérons étaient posés. Dans le virage, nous ne les voyions pas, mais nous nous sommes tous retrouvés quasiment nez à nez à 3-4m, tous figés ! Ils se sont bien évidemment envolés, et nous, nous sommes restés tous les deux un peu hébétés je crois (enfin Mojo lui, il s’est surtout dit que c’était des mouettes géantes donc que c’était encore mieux que des petites mouettes, et a voulu se rouler dans leurs odeurs)… Cela reste une belle image !

Il est très compliqué pour moi de raconter mon pire souvenir… à part peut-être un gros orage sur le retour d’une balade en forêt avec mon chien. Je suis moi-même peu rassurée, donc Mojo l’était encore moins. Nous sommes rentrés trempés, un peu ramollis… mais finalement, nous avons pu profiter d’une petite sieste au chaud pour se sécher, donc ce n’est pas tant un mauvais souvenir ! ;)

 

Pour moi qui aime les animaux, les chiens sont fabuleux. Mais ils peuvent vivre devenir une source d’ennuis, de peurs ou de désagréments pour les autres. Je veux pouvoir profiter de mon chien en vacances et qu’il profite sans pour autant imposer sa présence à tous les autres vacanciers.

Pour cela, il est impératif selon moi que le chien soit sous surveillance d’un maître vigilant tout au long de ses vacances : éviter les nuisances sonores, les fugues ou promenades détachées dans les lieux qui ne l’autorisent pas ou qui peuvent s'avérer dangereux pour lui. Les ordres de bases type « tu m’attends, tu laisses, tu reviens » sont effectivement des gros atouts qui facilitent la vie du maître lors des vacances avec un chien, mais vous l’aurez compris c’est surtout au maître d’être éduqué : on ramasse les crottes, et on apprend à son chien à saluer les autres !

Enfin, rien ne sert d’user d’autorité excessive ou de mettre une certaine pression à votre chien : on est en vacances, on se détend ! Vous serez surpris de ce qu’un chien peut faire pour vous faire plaisir! Si votre chien ne revient pas quand vous l’appelez, c’est peut-être car lui aussi profite de ses vacances pour sentir de nouvelles odeurs… mais si quand il revient il a une petite friandise ou une simple caresse… il y a fort à parier que vous deveniez aussi intéressant que cette odeur sur la souche d’arbre ! Entraînez-vous au quotidien, ce n’est qu’un prolongement de vos activités le reste de l’année et les vacances, c’est la récompense !

Avant de partir, renseignez-vous à l’avance sur la région, les bons plans avec vos chiens (il y a parfois des réservations à faire) mais surtout sur l’environnement (les eaux sont-elles saines, sans bactéries ? la chasse est-elle pratiquée si nous campons ? Mon chien est-il assez en forme pour monter des terrains escarpés ?)

Mais surtout, ne vous mettez pas de barrières psychologiques ! Ne voyez pas ces vacances remplies

de contraintes mais plutôt de découvertes et d’expériences avec votre chien ! Nous sommes différents en vacances, les chiens aussi. Nous sommes plus détendus, plus à l’écoute et nous vivons finalement les choses de façons plus positives, alors n’hésitez plus et lâchez du mou.. faites-vous confiance mutuellement !

 

Que dire de plus pour terminer cet article en beauté! Floriane a tout dit. Je suis 100% d’accord avec elle :)

Ne manquez pas une miette de ses premières vacances avec Mojo en regardant cette vidéo trop W'ouf que Floriane a réalisé ! 

 

Pour tous ceux d’entre vous, qui vont partir camper avec un chien, je vous conseille de lire ou relire l’article Partir en vacances en camping avec son chien

 

Emmène Ton chien , flower camping .jpg

 

Emmene Ton Chien Facebook .jpg